05
OCT

1ère journée Pro A
GV Hennebont TT - La Romagne

Après cet accident, j’aurais pu rester paralysé »

Pro A. Hennebont - La Romagne (19 h 30). C’est la reprise. Avant le 1er match, zoom sur le Danois de la GVHTT Anders Lind, qui s’est remis d’un grave accident de la route subi en mars. Il raconte.

Entretien

Anders Lind, 22 ans.

Joueur danois d’Hennebont

Pouvez-vous nous parler de l’accident de voiture que vous avez subi en mars, et qui aurait pu vous coûter la vie ?

Je conduisais sur une autoroute au Danemark, dans la banlieue de Copenhague, à environ 110 km/h. Un conducteur a perdu le contrôle de son véhicule sur la voie d’à-côté, et je l’ai pris de plein fouet, de face. J’ai appris après que ce monsieur avait eu une attaque cardiaque au volant, qu’il était décédé sur le coup. C’est pour cela qu’il avait perdu contrôle de sa voiture, où il était seul. Heureusement, j’étais aussi seul dans la mienne.

Que s’est-il passé juste après le choc ?

Je me suis extrait de ma voiture, j’ai attendu l’ambulance. Elle m’a emmené à l’hôpital. Je n’ai pas perdu conscience. J’ai eu deux os de cassés, sur ma colonne vertébrale, à droite. J’ai subi une intervention chirurgicale de cinq heures pour résorber cela. Le médecin m’a dit que si je n’avais pas été opéré, j’aurais pu rester paralysé. Par la suite, je suis resté alité trois semaines à l’hôpital.

Avez-vous eu peur de perdre la vie ?

Non, je ne dirais pas cela. Tout s’est passé très vite et je n’ai pas eu le temps de réfléchir, de réagir, d’y penser.

Cela a-t-il été douloureux ?

Bizarrement, cela a été plus douloureux après l’opération qu’avant. Ils m’ont donné beaucoup de morphine, mais dès que j’en avais moins, je souffrais beaucoup.

Vous souciiez-vous de la suite de votre carrière de pongiste professionnel à ce moment-là ?

Non, la seule chose à laquelle je pensais, c’était de pouvoir marcher à nouveau. Quand je suis parvenu à le faire, environ quinze jours après ma sortie de l’hôpital, mon objectif était de pouvoir courir à nouveau. Puis à refaire de l’exercice, et ainsi de suite. Étape par étape avant, enfin, d’envisager de recommencer à jouer au tennis de table.

Aujourd’hui, avez-vous retrouvé votre niveau  ?

Quel est votre état d’esprit avant d’aborder la saison avec Hennebont ?

Je suis impatient. Sur le plan collectif, je pense qu’on peut faire mieux que la saison dernière. On peut viser le titre, ou au moins la deuxième ou troisième place de Pro A. Omar (Assar) et Cédric (Nuytinck), s’ils jouent à leur niveau, nous donneront de bonnes chances. À titre personnel, je souhaite jouer un maximum de matches pour me remettre dans le rythme de la compétition et retrouver mon niveau d’avant.

Hennebont est réputé pour son public. Vous avez hâte de le découvrir, alors que le Covid-19 a généré des huis clos l’an passé ?

J’ai joué seulement un match avec public à Hennebont l’an passé. L’ambiance avait déjà été super. J’ai hâte d’enchaîner ici. C’est toujours une sensation superbe d’être porté par le public, comme on l’est à Hennebont.

Source : Ouest-France du 05/10/21recueilli par Arnaud HUCHET.

HENNEBONT : Omar Assar (Égypte, 29e mondial), Cédric Nuytinck (Belgique, 71e), Anders Lind (Danemark, 83e), Sadi Ismaïlov (Russie, 175e), Xin Wang (France, nc).

LA ROMAGNE : Tianyuan Chen (France, non classé), Nima Alamian (Iran, 127e), Romain Ruiz (France, 316e), Brice Ollivier (France, nc).

1re journée de Pro A. Hennebont - La Romagne, salle Charles-Abraham à Hennebont. Les autres matches : Angers - Chartres, Saint-Denis - Villeneuve, Rouen - Cergy, Caen - Jura-Morez.

 

16ème Journée de Pro A
16ème Journée de Pro A