16
SEP

Top départ pour la nouvelle saison
Entretien avec le Président

La Garde du Vœu d’Hennebont s’apprête à entrer dans une nouvelle ère cette saison. Nouvelle infrastructure, équipe et entraîneur renouvelés… Top départ avec le président du club.

Entretien

Changement de coach, nouvelle salle, renouvellement de l’effectif… Une grande saison s’annonce pour la Garde du Vœu ?

C’est une saison qui va sortir de l’ordinaire, oui ! À tout point de vue. On va intégrer la nouvelle salle, et ce n’est pas rien. C’est une page qui se tourne, on démarre autre chose. On passe dans une autre dimension, avec l’un des plus beaux équipements dédiés au tennis de table en France et en Europe. On change de coach également, avec l’arrivée d’Adrian Crisan, ce qui n’est pas rien non plus, même si Boris (Abraham, entraîneur de la GVH pendant vingt ans), en tant que manager général, continuera de superviser aussi. L’équipe a également été renouvelée aux trois quarts… Ce sera une saison particulière.

Y avait-il besoin de ce nouveau souffle, selon vous ?

C’était une nécessité. Nous avons réussi à nous maintenir au plus haut niveau français depuis de nombreuses années car nous avons créé une économie autour de notre discipline. Donc cet outil(le Hennebont Ping Center pourra accueillir 1 000 spectateurs) était une obligation pour le développement du club. Désormais, il va falloir faire fonctionner ce nouvel équipement, qui a une vocation internationale.

Quels sont les nouveaux objectifs du club ?

Avec cette nouvelle salle, c’est vrai qu’on est dans l’obligation de bien figurer au championnat (la GVH a terminé la saison passée à une décevante 6e place avec 10 victoires et 8 défaites). Le renouvellement de l’équipe va aussi dans ce sens. Que serait une saison réussie ? Se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe d’Europe et pour les play-offs du championnat (le champion de Pro A sera désormais désigné à l’issue d’un tournoi entre les quatre premiers du classement). Donc l’objectif est le Top 4 du championnat à l’issue de la phase régulière. Plus globalement, on aimerait aussi organiser des compétitions internationales dans notre nouvelle salle, notamment un nouveau tournoi pour les meilleurs jeunes joueurs mondiaux de moins de 13 et moins de 15 ans. Ce serait ça aussi, une saison réussie pour le club.

La Pro A est-elle un championnat de plus en plus homogène, selon vous ?

Oui ! Et notamment avec l’arrivée ou le retour en France de joueurs qui jouaient à l’étranger. Le Suédois Kristian Karlsson, sacré champion d’Europe cet été (en double messieurs avec Mattias Falck), a par exemple signé chez nous, comme le Taïwanais Chuang Chih-Yuan, qui revient à Hennebont. Jura Morez, Rouen… Beaucoup d’équipes se sont renforcées. La Pro A est de plus en plus dure. Et elle attire aussi. C’est l’un des trois meilleurs championnats au monde, avec les championnats allemand et chinois.

Malgré cette homogénéité, pouvez-vous citer vos adversaires directs ?

Je ne prends pas trop de risques en disant qu’Angers, le champion en titre, sera au rendez-vous. Pontoise, La Romagne et Jura Morez seront là aussi. Je pourrais presque citer en fait la moitié du championnat ! Je le répète, la Pro A est un championnat très difficile.

Êtes-vous satisfait du recrutement effectué à l’intersaison ?

Oui, on en est très satisfait. Commençons par Kristian Karlsson : on le connaît depuis longtemps, il a déjà joué en France (à Pontoise Cergy entre 2013 et 2016 avec qui il a été deux fois champion d’Europe et champion de France). Il arrive de Düsseldorf, le meilleur club européen. C’est un joueur qui arrive aujourd’hui à maturité (il a 31 ans). Il est solide.

Le Taïwanais Chuang Chih-Yuan revient, lui, à Hennebont…

Oui, il a déjà joué chez nous. Pourquoi ce choix ? L’année dernière, si on essaie d’expliquer pourquoi on n’a pas eu les résultats escomptés, c’est qu’il manquait un patron dans l’équipe. C’est donc l’une des raisons du recrutement de Chuang Chih-Yuan : il a toujours eu ce rôle de patron dans toutes les équipes qu’il a fréquentées, en club ou en équipe nationale.

Vous avez aussi recruté le jeune Grec Ioannis Sgouropoulos…

Oui, c’est le champion d’Europe des moins de 21 ans. Il a un très gros potentiel, son profil est intéressant. On le suit depuis un moment.

Le Danois Anders Lind est le seul joueur de la saison passée toujours présent. Vous avait-il satisfait l’année dernière ?

Il n’a pas été très au rendez-vous l’an passé. Mais je rappelle qu’il sortait d’un très grave accident (en mars 2021, Anders Lind avait été victime d’un grave accident de la route lors d’un stage avec son équipe nationale au Danemark et avait dû être opéré). Mais j’ai suivi avec beaucoup de satisfaction son récent tournoi, où il a atteint les demi-finales en étant battu par le vainqueur chinois de la compétition. Ça prouve qu’Anders a utilisé la trêve estivale à bon escient, pour se mettre dans les meilleures conditions pour attaquer cette nouvelle saison.

Tous les joueurs vont-ils s’entraîner de manière permanente à Hennebont ?

Ils seront régulièrement à la salle, oui, mais pas de manière permanente. Car ils ont un calendrier international tellement conséquent, avec tellement de déplacements… Mais ils s’entraîneront très régulièrement à Hennebont, oui. C’était un point essentiel pour nous.

Source : Ouest France du 13 Septembre, propos recueillis par Juliette MICHENAUD.

La composition de l’équipe de la GVH 2022-2023

Kristian Karlsson (Suède, 17e mondial), Chuang Chih-Yuan (Taïwan, 16e), Ioannis Sgouropoulos (Grèce, 187e), Anders Lind (152e). Entraîneur :Adrian Crisan (Roumanie). Manager général : Boris Abraham.

  1. Hennebont se déplacera à Rouen le 20 septembre pour la première journée de Pro A.
Lancement de la Pro A
Premier match de la saison
Entretien avec le Président
Saison 2022-2023
Chuang Chih-Yuan à Hennebont
Ioannis SGOUROPOULOS à Hennebont