08
JUIN

Entretien avec Kalinikos Kréanga
Pro A

UN HOMME S'EN VA, UNE LEGENDE RESTE

Pro A. Mardi soir, Kalinikos Kreanga a signé son dernier match avec la Garde du Vœu Hennebont d’une victoire. L’homme est devenu légende dans les cœurs bretons.

Entretien 

Comment vous sentez-vous après votre dernier match ? C’était un match très spécial, très excitant, avec beaucoup d’émotions. J’ai passé beaucoup de temps à Hennebont. Et en treize ans, j’ai toujours eu autant de plaisir à jouer dans ce club. Mais pour mon dernier match mardi soir, il y avait un petit truc en plus. Comme la venue surprise de ma fille après ma victoire. Elle était heureuse de me voir finir ainsi.

Depuis combien aviez-vous pris votre décision d’arrêter ? Déjà à la fin de la saison dernière j’avais fait mon choix. Donc en commençant cette année, je savais que ce serait la dernière. À mon âge (45 ans), c’est normal, on ne peut plus jouer de la même façon. C’est plus dur pour le corps de répéter les efforts et les matchs de haut niveau. Le quotidien d’un joueur professionnel est exigeant et éprouvant.

Que diriez-vous pour résumer votre dernière saison ? Individuellement, je suis un peu déçu. Je suis un compétiteur. Je n’ai pas mal joué pour autant, mais j’ai connu plus de défaites que de victoires. Donc une dernière saison correcte dans le jeu, mais décevante niveau résultat. Collectivement, c’est une bonne saison, avec de belles performances pour Liam Pitchford qui a été remarquable. Toute la saison, chaque joueur a donné le maximum pour l’équipe, c’est une bonne chose.

Avez-vous une idée de ce qui vous attend désormais ? Je ne sais pas vraiment pour le moment. Je ne veux pas abandonner complètement le tennis de table, mais j’ai besoin de faire une pause après avoir consacré une bonne partie de ma vie à ce sport. Je vais être le représentant d’Hennebont auprès des instances internationales, et je vais avoir un rôle de manager en quelque sorte. Mais je n’ai encore rien imaginé de précis pour le moment. Je sais juste que je serai toujours là pour aider l’équipe. Et puis en sélection nationale, je vais être le 4 ou 5e joueur. Pour leur donner quelques conseils et transmettre mon expérience des grandes compétitions. Si des blessures ou des absences font que je dois jouer, je le ferai. Mais j’espère aussi passer plus de temps avec ma famille, et en Grèce. C’est important pour moi.

Dans l’ensemble de votre carrière, si vous ne deviez garder qu’un seul souvenir ? Ma première grande victoire avec Hennebont. Lorsque j’ai été champion de France avec ce club en 2005, j’ai compris que je venais de démarrer une grande histoire ici. C’était un début formidable peu de temps après mon arrivée. Cela m’a aussi convaincu de rester, et je suis encore là treize ans après.

Et si vous deviez dire une dernière chose ? Simplement un immense merci à tout le monde, au club, et aux supporters. Mais aussi qu’il ne faut surtout pas arrêter de suivre et d’encourager Hennebont. Et j’espère que l’équipe va continuer à être performante à très haut niveau comme c’est le cas depuis treize ans.

Source: Ouest France du 8 juin 2017 par Mélina Nicolleau.

Calendrier 2017-2018
T-shirt Collector Kalin
Entretien Boris Abraham bilan saison 16/17