24
MAR

Entretien avec Bruno Abraham
sur la qualif en finale de Coupe d'Europe

Bruno Abraham (GV Hennebont) : « On n’est pas loin du Graal »

La Garde du Vœu savoure sa qualification historique pour une finale européenne, la Coupe ETTU, décrochée vendredi soir contre les Portugais du Sporting (3-0, et 3-2 à l'aller). Dès lors, il y a un trophée à aller chercher pour les Hennebontais contre les Allemands de Saarbrucken, début mai. Entretien avec le président Bruno Abraham.

Hennebont est en finale de la Coupe ETTU !

C’est un grand moment. Surtout avec un groupe jeune, de la génération 1993, qu’on a construit. C’est historique pour le ping breton, pour notre club qui a déjà un beau palmarès. Là, on n’est pas loin du Graal. On accède à une finale, c’est une super saison avec une équipe exceptionnelle. Je suis particulièrement content des choix tactiques du coach en pariant sur Fan (Shengpeng) qui pouvait sortir Quadri Aruna (lire ci-dessous). C’était très osé. Mais cela a payé. Collectivement, ce groupe nous fait vivre de belles émotions cette année.

Vous n’avez jamais douté sur cette demi-finale retour ?

On respecte toujours notre adversaire. On savait comment on avait gagné le match aller au Portugal (3-2), cela avait été âpre, on avait laissé de la gomme psychologiquement et physiquement. On savait que ça allait être difficile pour ce retour. Le premier match (Pitchford - Monteiro) allait être très déterminant. Je remercie d’ailleurs toutes les personnes qui ont permis de rétablir « Pitch ». (NDLR : le Britannique était incertain avant la rencontre en raison de douleurs dorsales). Après sa victoire, la confiance était dans notre camp. Il fallait les faire douter, et Fan a fait même plus que ça ensuite.

Après trois éliminations en demi-finales sur la scène européenne (2005, 2009, 2012), vous avez conjuré le mauvais sort…

C’est ce que je me suis dit avant la rencontre. Après trois défaites en demi-finales, dont une amer contre Düsseldorf (2012 en Coupe ETTU), où cela s’était joué au nombre de points sur les deux rencontres, j’espérais qu’on redémarre un cycle positif, c’est le cas. Et ce soir (vendredi), il y a eu la manière, dans une belle ambiance avec un public exceptionnel qui nous suit depuis seize ans. C’était une vraie fête, une communion, un grand moment de sport.

Vous allez défier les Allemands de Saarbrucken en finale. Votre sentiment ?

Cette équipe est quatrième au ranking européen et Hennebont septième. Saarbrucken était cette saison dans le chapeau 1 en Ligue des champions, et nous dans le deux. Ce sont deux grosses cylindrées qui s’affronteront. On aurait préféré ne pas tomber sur eux, mais plutôt contre les Polonais de Dzialdowo parce qu’on les connaissait, on les avait déjà battus, eux aussi. Là, Saarbrucken, c’est du lourd, du très lourd. Cela sera difficile, mais avec cette équipe-là, tout est possible. Et avec notre public, j’y crois.

Vous êtes encore en course pour le doublé Coupe d’Europe - championnat. Désormais, l’ETTU Cup est-elle la priorité ?

Non. On est très clair, on veut jouer sur les deux tableaux. On est des compétiteurs, les jeunes ont faim. Une équipe se construit à travers des victoires et un palmarès, c’est important pour un joueur aussi. Hennebont a besoin de trophées. On est des chasseurs de trophées. Pas exclusivement, mais en partie.

> Finale. Match aller à domicile le 3 mai. Le retour, en Allemagne, initialement programmé le 10 mai, pourrait plutôt se tenir autour du 20 mai, en raison d’une journée de Pro A à cette même date.

Source : Ouest-France du 24/03/19, recueilli par Baptiste COGNÉ

 

 

 

Recrutement de
Hennebont: La quatrième dimension
finale aller Coupe d'Europe
15ème journée de Pro A
Demi-finale retour ETTU Cup